Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
♫ Le petit monde de Léane B. ♫

♫ Le petit monde de Léane B. ♫

Parlons de livre de tous genres, mais aussi parfois de cinéma et de musique !

[Fiche Film] Zootopie

 

Réalisateur : Byron Howard, Rich Moore

Date de sortie : 17 février 2016
Nationalité : américaine
Genre : animation, comédie
Durée : 1h48

 

RésuméZootopia est une ville qui ne ressemble à aucune autre : seuls les animaux y habitent ! On y trouve des quartiers résidentiels élégants comme le très chic Sahara Square, et d’autres moins hospitaliers comme le glacial Tundratown. Dans cette incroyable métropole, chaque espèce animale cohabite avec les autres. Qu’on soit un immense éléphant ou une minuscule souris, tout le monde a sa place à Zootopia ! Lorsque Judy Hopps fait son entrée dans la police, elle découvre qu’il est bien difficile de s’imposer chez les gros durs en uniforme, surtout quand on est une adorable lapine. Bien décidée à faire ses preuves, Judy s’attaque à une épineuse affaire, même si cela l’oblige à faire équipe avec Nick Wilde, un renard à la langue bien pendue et véritable virtuose de l’arnaque …

 

Mon avis : Ah ! Les Disney ! Entre eux et moi, c'est "je t'aime moi non plus". Depuis La reine des neiges, je dois avouer que la barre est assez haute, surtout que je suis particulièrement exigeante en matière de films d'animation destinés aux enfants. 

Zootopie met en scène des animaux humanisés à l'extrême, mais aucun humain. Les animaux vivent dans une société civilisée, dans laquelle proies et prédateurs sont en harmonie. Ainsi, les souris côtoient les chats sans peur de se faire dévorer, et Gazelle, une chanteuse de la race des gazelles évidemment, danse avec des félins. La tolérance et l'égalité sont deux notions ici développées sous toutes les coutures. 

Le personnage principal est une lapine qui rêve d'entrer dans la police et de travailler à Zootopie. Problème numéro 1 : c'est un lapin, donc une proie, petite, mignonne, et destinée à l'agriculture. Problème numéro 2, quoiqu'il ne soit pas clairement évoqué, c'est une femelle. Il s'avère qu'elle est la seule dame de l'équipe de police. Si au départ elle s'avère plutôt faible, elle finit par être la meilleure de sa promotion à l'école de police et intègre une unité à Zootopie. Et là, on se dit que notre lapine major de promo n'aura aucun mal à se faire accepter par les lions et autres rhinocéros. Sauf que bien évidemment, ce n'est pas si simple. Les apparences priment et le chef Bogo l'affecte à la circulation. Judy se conforme à ce qu'on lui dit bien que ce soit très éloigné de son rêve. Sauf que le destin fait bien son boulot, comme toujours dans les Disney, et met sur son chemin une belette voleuse de bulbes pourris. A partir de là, l'agent Judy Hopps se retrouve embarquée dans une enquête compliquée qui la mènera à la découverte des plus noirs desseins de l'humanité. Euh ! Pardon ! De l'animalité ! Je ne vous en dis pas plus pour ne pas vous gâcher la surprise (ce serait terriblement dommage). 

J'ai particulièrement apprécié le thème général de ce dessin animé. Il est un véritable ode à l'égalité sous toutes ses formes. Egalité des sexes avec notre lapine confrontée à un milieu d'homme, égalité des races puisque proies et prédateurs ont des rôles indifférents de leurs nature. C'est également une histoire de tolérance dans la mesure on le film en appelle à respecter chacun, de la minuscule gerbille au majestueux ours polaire. 

Le film aborde également la présomption d'innocence, sujet sur lequel je ne peux pas m'étendre pour ne pas risquer de vous dévoiler trop de choses sur l'intrigue. Ce que je peux dire, c'est que les protagonistes se retrouvent dans des situations qui les dépassent et qu'ils finissent par faire des amalgames malheureux conduisant à des accusations aux conséquences dramatiques pour les malheureux concernés. On voit bien ici l'importance des mots proférés par les personnes d'autorité et la nécessité de bien saisir l'ampleur de ce qu'on dit en public. 

Sur une note plus légère, j'ai adoré les personnages. Les jeux de mots dans leurs noms m'ont amusée. Le maire, qui est un lion, s'appelle "Lionheart" (coeur de lion). Judy s'appelle Hopps (probablement une déformation de "hope" qui signifie espoir). Le renard qu'on prétend fourbe dès les premières minutes s'appelle Wilde (déformation de Wild qui signifie sauvage). Et le plus drôle, le paresseux qui travaille dans un service de préfecture porte le très seyant "Flash" (qui signifie éclair). Ensuite, ils ont tous une certaine profondeur et des blessures qui les ont poussé à être ce qu'ils sont. Il est intéressant de découvrir les différentes facettes de toutes ces créatures. 

Ce film se regarde plusieurs fois pour saisir les différents sens de lecture. Au bout de trois visionnages, je découvre encore des clins d'oeil à divers éléments. Par exemple, il y a un immense clin d'oeil à la série Breaking Bad (pour ceux qui ne connaîtraient pas, c'est une série destinée aux adultes qui met en scène un enseignant forcé de produire des stupéfiants dans un laboratoire). On trouve également des références aux films comme "Le parrain". Et ma liste n'est absolument pas exhaustive. Alors qu'il est destiné aux enfants, Zootopie fait aussi appel à la culture commune des adultes. De quoi rendre certaines scènes intéressantes même aux yeux des grands ! 

 

Verdict : ♥♥♥♥♥ Zootopie est un très bon film d'animation, destiné aux enfants mais absolument appréciable par les grands. Il sera l'occasion d'aborder des thèmes tels que l'égalité, la tolérance et le respect de l'autre. Les clichés ont la vie dure dans ce film. Voilà qui change et qui fait que Zootopie fait partie des films à voir absolument. 

 

PS : Une question me taraude tout de même... Les carnivores sont censés être restés carnivores. Mais... comment font-ils pour manger ? Peut-être mangent-ils des humains ! Ou alors, ils sont devenus vegans. Et vous, qu'en pensez-vous ? 

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article