Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
♫ Le petit monde de Léane B. ♫

♫ Le petit monde de Léane B. ♫

Parlons de livre de tous genres, mais aussi parfois de cinéma et de musique !

[Fiche Série] Desperate Housewives

http://streaming.films-divx.com/wp-content/plugins/wp-o-matic/cache/7af2e_desperate-Housewives.jpg

Parce que je viens de me rendre compte que j’ai envie de parler d’autres choses que de films, voilà que je crée la catégorie séries. Comme son nom l’indique, cette catégorie parlera des séries que j’ai regardées ou que je regarde, d’ailleurs, et dont j’ai envie de vous parler. Et pour inaugurer cette catégorie, je vais vous parler d’une série qui s’est terminée il y a peu : Desperate Housewives.

 

Au total, cette série compte huit saisons, soit 180 épisodes. Le principe est le suivant. Tout tourne autour de secrets. C’est assez répétitif quand on y réfléchit mais l’intérêt n’est pas réellement l’intrigue mais l’évolution des personnages. A chaque saison, un nouveau secret. Je vais commencer par dresser un bref portrait des différents personnages.

 

Le décor

L’intrigue prend place à Wisteria Lane, quartier huppé de banlieue américaine. Là-bas, on ne trouve que de belles maisons et des gens qui ont plus ou moins les moyens.

 

Les personnages

L’histoire est centrée autour d’un groupe de quatre amies qui sont les principales héroïnes de la série.

Lynette Scavo (Felicity Huffman) est une mère au foyer et une publiciste très talentueuse. Elle est mariée à Tom, également publiciste. Ils ont quatre enfants au début, cinq à la fin, qui lui en font voir des vertes et des pas mûres.  Elle est un peu mon idéal en quelque sorte, parce que même si elle est souvent débordée, elle s’en sort toujours, et je trouve ça magnifique.

Gabrielle Solis (Eva Longoria) est une ex mannequin, mariée à un riche homme d’affaire, Carlos Solis. Très matérialiste, elle n’hésitera pas à tromper son mari qui la délaisse sans pour autant vouloir s’en séparer. C’est qu’elle l’aime ! Mine de rien, elle est très courageuse, et lorsqu’elle deviendra maman, elle saura se montrer digne de son nouveau rôle. C’est le personnage que je préfère je crois, parce qu’elle est celle qui connaît la plus belle évolution.

Bree Van de Kamp (Marcia Cross) est une femme et mère au foyer. Mariée au départ à Rex, au final divorcée au moins deux fois, elle a deux enfants et aspire à la perfection. Parfaite en apparence, elle a tout de même des problèmes et des secrets, comme tout le monde.

Susanne Mayer (Teri Hatcher) est une mère célibataire très maladroite et assez peu chanceuse, surtout qu’elle fait preuve d’un grand manque de maturité et a tendance à agir avant de réfléchir. Il me semble qu’elle et moi, nous nous ressemblons. Bref.

 

A chaque saison, il y a un nouveau personnage qui prend part à l’intrigue. Comme j’ai regardé cette série dès le départ, j’avoue avoir quand même un peu de mal à me rappeler de tout, mais il y a au départ Mary-Alice, qui se suicide au premier épisode mais dont on parle jusqu’à la fin, avec son mari, Paul Young et leur fils, Zack, qui s’avère être en réalité le fils de Mike, plombier ayant emménagé à  Wisteria Lane et flirtant avec Susan. Il y a aussi Eddie, une femme vraiment très superficielle et agaçante, Catherine Mayfair, Orson, … Comme vous le voyez, il est quand même assez compliqué de faire une critique détaillée et surtout fiable de cette série. En même temps, en huit saisons, soit environ huit ans en temps réel, il s’en est passé des choses ! Et surtout, il y en a eu des personnages, plus ou moins importants ! Du coup, je vais repasser à ce que je fais traditionnellement, à savoir un passage en revue de ce qui m’a plu ou ne m’a pas plu.

 

Les points positifs

Il y en a des tonnes ! A chaque saison, on a le droit à un nouveau secret, emmené par un nouveau voisin, et les secrets sont loin d’être évidents. Ce n’est pas un truc tout simple du genre « j’ai été prêtre » (aucune référence à une certaine émission de télé-réalité, bien évidemment), non, c’est plutôt du genre « j’ai oublié de surveiller ma fille quand elle était bébé et elle est morte, alors j’ai « volé » un autre bébé pour la remplacer », ou alors « j’ai un enfant attardé que je cache parce qu’il a probablement tué quelqu’un mais en fait c’est son grand-frère le tueur ». Du coup, on ne s’ennuie pas, et on élabore les théories les plus improbables pour essayer de deviner ce qu’il se passe.

Autre point fort appréciable, l’arrivée de nouveaux personnages toutes les saisons donne de l’air à la série. Ca nous permet de changer un peu de visages, de partir sur d’autres secrets, sans perdre de vue les problèmes de nos Desperate Housewives préférées.

D’ailleurs, l’évolution des personnages fait partie de ce que j’ai le plus aimé dans la série. Suivre ces femmes du début à la fin, sur, au final plus d’une dizaine d’années a été un véritable plaisir. Elles n’ont pas changé du tout au tout, elles ont évolué. Les jeunes mères sont devenues aguéries, les femmes parfaites ont révélé leurs face cachée, en bref, elles ont montré qu’elles étaient des femmes, des femmes qui pourraient être réelles. Je me suis pour ma part retrouvée dans chacune d’netre elles à de nombreuses reprises, et je me suis tellement attachée à elles, à leurs couples, à leurs familles, que je me suis sentie terriblement triste lors du dernier  épisode.

Si l’on a pu voir ces femmes aussi longtemps, c’est grâce à un saut dans le temps d’une saison sur l’autre. Cette idée, originale, a permis de respirer et de faire avancer l’histoire de manière significative sans nous saouler avec toutes les étapes des vies de tout le monde. J’avoue que cette saison a été ma préférée, simplement parce qu’elle a montré que les scénaristes avaient de la suite dans les idées pour nous inventer de nouvelles intrigues palpitantes.

Et puisqu’il faut ben finir par un point, je vais terminer ce paragraphe en vous disant que le dernier épisode est très bon. Il manque peut-être un tout petit peu de punch mais il conclut bien l’histoire, tout en laissant la porte ouverte  notre imagination. Je suis persuadée que le fandom des desperate housewives recèle aujourd’hui d’histoires qui pourraient être reprises dans une neuvième saison.

Bien sûr, la liste des points positifs n’est pas du tout exhaustive dans la mesure où je ne voulais pas vous spoiler. Qui plus est, les points appréciables sont tellement nombreux que je ne pourrais pas tous les citer, faute de temps et de mémoire. Huit ans, c’est long, et les détails du début m’échappent malheureusement.

 

Les points négatifs :

Il y en a, oui. Tout d’abord, c’est un peu la même chose tout compte fait. Chaque saison amène un nouveau secret, quoiqu’il arrive on sait qu’à la saison suivante on retrouvera nos  femmes au foyer occupées  à élucider un mystère qu’elles seules seront capables de résoudre, au détriment de leur vie de famille. Ca tourne un peu en rond, au final.

Dans le même style, nos housewives sont quand même des Mary Sue. Pour ceux qui ne connaissent pas cette expression, elle signifie tout simplement qu’un personnage féminin est un genre de super-héros, qui résiste à tout et s’en sort toujours, même lorsque la situation est totalement impossible. Ce point-là m’a un peu agacée, mais tout le monde n’est pas aussi sadique que moi et les gens n’auraient pas forcément tous apprécié de voir Bree ou son fils derrière les barreaux ou Gabriele connaître la misère plus longtemps encore. Toutefois, je suis sûre qu’on aurait tous aimé qu’elles ne s’en sortent pas systématiquement indemnes (ou presque).

Autre point que je n’ai pas nécessairement apprécié, c’est la disparition systématique des personnages agaçants ou mal aimés. Eddie Britt par exemple qui meurt d’une façon plus qu’idiote, Felicia qui disparaît quelques temps, Paul Young, Catherine… Il faut pour moi qu’il y ait un personnage détestable dans une série, un personnage qui reste, pour pimenter un peu la vie de la série, mais ce n’est que mon avis.

 

Conclusion :

Desperate Housewives est une série qui m’a vraiment plu et qui a tout pour plaire. Je sais qu’on dit que c’est une série pour fille mais ce n’est pas vrai. Mon copain et moi l’avons regardé ensemble quasiment du début à la fin sans jamais nous ennuyer. Les personnages nous ont fait réagir différemment et nous nus sommes amusés à essayer de deviner ce que cachait chacun dans ses placards, sans jamais y parvenir entièrement. Les dénouements sont systématiquement surprenant, les épisodes recèlent tous de surprises bien amenées, et la petite introduction parfois nous pousse à nous questionner sur ce qui va arriver à nos personnages préférés. Vraiment, c’est une très bonne série, aussi prenante que Charmed mais beaucoup plus adulte. Si vous aimez ce genre de séries, n’hésitez pas à vous lancer car c’est un véritable régal, une bouffée d’air frais dans la masse compacte des centaines de séries qui envahissent nos écrans sans cesse.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article