Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
♫ Le petit monde de Léane B. ♫

♫ Le petit monde de Léane B. ♫

Parlons de livre de tous genres, mais aussi parfois de cinéma et de musique !

[Fiche Film] Bandage

bandage-1946cf0.jpg

Titre original : Bandage

Date de sortie cinéma : 16 janvier 2010

Genre : Romance, Drame, Musical

Durée : 1h58

Réalisateur : Kobayashi Takeshi

Pays : Japon

 

Note : ♥♥♥♥♥

 

Casting :

*Akanishi Jin dans le rôle de Natsu Takasugi
*Kitano Kii dans le rôle de Suzuki Asako
*Ayumi Ito dans le rôle de Yukari
*Kora Kengo dans le rôle de Yukiya
*Watanabe Anne dans le rôle de Miharu
*Shibamoto Yuki dans le rôle de Arumi
*Kaneko Nobuaki dans le rôle de Ryuju
*Kasahara Hideyuki dans le rôle de Kenji Yamane

 

Résumé : Dans les années 90, Asako découvre grâce à une amie le groupe LANDS. Elle adore tout de suite et, lorsque son amie parvient à obtenir deux places pour leur concert, elle fonce. Elles parviennent à se faufiler dans les coulisses après le concert et y font la rencontre de Natsu, leader du groupe, qui les invite à se joindre au groupe pour un repas. Le film raconte l'histoire de LANDS, avec en toile de fond celle d'Asako et de Natsu.

 

Critique : Des coups de coeur, j'en ai des masses ces derniers temps, et j'ai l'impression que Jin y est pour beaucoup. Je vais essayer de faire quelque chose d'organisé et de constructif, mais je ne suis pas sûre d'y parvenir, donc je vous demande pardon à l'avance. J'ai tardé à vous écrire cette critique parce que j'avais regardé la VO sans sous-titre dès qu'elle a été disponible (en parfaite fangirl xD). Et je me devais donc d'attendre d'avoir vu la VOST pour pouvoir vous dire des choses autres que KYAAAAAA et "J'ai pas tout compris".

Donc tout d'abord, on va dissiper un malentendu qui n'en est pas vraiment un. Je m'explique. Tout le monde croit que Natsu (Jin) est le héros du film alors qu'en réalité, dans l'esprit du scénario, le héros c'est Asako. Ca, c'est en théorie. Après, en pratique, on a plutôt l'impression que le héros c'est Natsu. Après tout, le film parle de LANDS, et pas du manager de LANDS. Enfin bon, nous ne chipoterons pas là-dessus.

Alors ensuite, parlons de l'histoire. Le film décline la vie de LANDS, avec ses hauts et ses bas, de ses cartons à sa chute. Mais il ne le fait pas de manière banale. Pour une fois, il aborde le thème en se souciant de tous ses aspects, des plus reluisants au moins avouables, avec des plans caméras absolument sublimes. Donc on expérimente avec eux (oui, on expérimente parce qu'on est happé dans le film) les aspects purement musicaux et artistiques et les aspects commerciaux. Les premiers s'avèrent être de purs plaisirs, les seconds sont de pures tortures. Ils pourissent les artistes, les empêchent de vivre leur passion et leur amour pour la musique d'une façon abominable qui nous brise en même temps que le groupe. Les caractères des uns s'entrechoquent avec ceux des autres en même temps qu'arrive le succès. L'indécision, l'égoïsme, le melon, tout joue d'une manière bluffante.Et l'émotion est là, à son paroxysme à plusieurs moments d'ailleurs. J'ai pleuré trois fois. La baiser avec la version cachée de Genki, le dernier morceau du groupe et le dernier plan. Ce dernier plan vraiment sublime d'ailleurs. Vraiment magnifique. Mais celui-là, je vous en laisse la surprise.

Ce qui nous conduit à... Natsu ! Oui parce que c'est le personnage qu'on voit le plus et donc que je l'ai le plus compris et vu. Il y a énormément de truc à dire sur lui. Déjà, parce qu'il vampirise littéralement l'écran (je cite ici le magazine Japan Lifestyle). On le voit très très très souvent, pour ne pas dire tout le temps. Et à vrai dire, les passages sans lui paraissent du coup très longs. Bon, le premier plan sur lequel il apparaît m'a fait kyatter (Made m'en soit témoin). Mais ça, ça relève du fangirlisme profond xD Il agit d'ailleurs bizarrement à des moments, et on retrouve notre Bakanishi adoré (comme dans le passage avec la lentille, c'est tellement spontané, tellement mignon, tellement Bakanishi !) Bref, le personnage de Natsu est souvent à baffer. Il boit, il fume, il baise. Navrée pour la vulgarité de ce dernier mot, mais c'est le plus proche avec la réalité. On a l'impression qu'il se laisse totalement emporter par la célébrité naissante. C'est triste ! Mais en même temps, ça lui sert de tremplin, de leçon. Il a des réflexions lors des moments forts assez philosophiques et très touchantes. Il se voit en Asako comme Asako se voit en lui, ce qui explique la compléxité de leur relation et surtout ses conséquences. Parce que c'est elle qui révèle la décadence du groupe au final. C'est franchement triste. Il y a une scène qui m'a choquée en quelque sorte, celle qui marque la fin de la relation Asako-Natsu. C'est diablement bien joué.De fil en aiguille, on en arrive aux autres personnages. Yukiya, génie au talent immense qui veut éloigner Asako de Natsu, remettant sur elle la faute ayant conduit à la décadence du groupe, de la moins loyale des façons, est un personnage assez sombre, difficile à cerner. Tout comme Arumi et ses sautes d'humeur. Le personnage "soleil" reste le guitariste (ou le bassiste, j'ai oublié de faire gaffe) et ses pompes. Il a un sourire un peu enfantin qui donne un chouilla de lumière. La manager quant à elle semble regretter de ne pas être à leur place (je parle de Yukari hein !), elle est trop commerciale, trop terre à terre. Elle ne parle pas vraiment musique mais vente. C'est encore et toujours triste.Mais c'est le métier qui veut ça, et le film le montre merveilleusement bien.

Il y a un dernier personnage qui mérite de figurer ici, c'est Miharu. On ne dirait pas, mais elle a une importance capitale dans le film. C'est elle qui fait connaître à Asako le groupe LANDS. C'est elle qui l'emmène au concert, et c'est elle qui triche pour entrer dans les coulisses. Et finalement, c'est encore elle qui conduit à la fin, qui en réalité est un commencement des plus agréables (pour nos regards s'entend xD). Elle a toute sa place dans ce film.

Quelques mots rapides sur l'OST : elle est vraiment bonne. Qu'il s'agisse des morceaux du groupe LANDS ou des autres musiques (qui figurent sur deux albums différents), ils sont toujours choisis avec justesse. Je pense en particulier à la version cachée de Genki (avec le "itai" à la fin qui m'arrache encore et toujours des larmes). Ce film n'aurait pas eu la même force sans cette BO absolument sublime et parfaite en l'espèce.

Je crois que je vais quand même m'arrêter ici, je suis sûre que j'en ai perdu la plupart en cours de "critique", surtout que je ne vois pas grand-chose de mal à dire ici, si ce n'est peut-être que la césure entre les deux parties du film est peut-être un peu violente, mais c'est un détail des plus insignifiants.

Pour conclure donc, on en oublierait presque que LANDS n'était qu'un groupe temporaire uniquement créé pour supporter la sortie du film (et lui faire plus de pub...). Il devient réel à travers cette oeuvre vraiment très satisfaisante. Bandage a rejoint le bataillon de mes films préférés ! Je vous le conseille vivement (si vous appréciez ce genre de film bien sûr ! xD)

 

Où voir ce film : Cette fois-ci, je vous renvoie vers l'excellent blog KAT-TUN Break the records, tenu par Saku-powaa. Vous y trouverez la VO du film ainsi que des softsubs anglais et français (VOSTFR ou VOSTA donc), en attendant les sorties travaillées en hardsub (la Yamabe Fansub bosse dessus, histoire de nous faire un peu de pub aussi =p)

 

Où télécharger l'OST de ce film : Comme dit plus haut, il y a deux CD pour cette OST. D'abord,   Olympos, par LANDS. Et ensuite Another Bandage, qui regroupe les autres chansons et mélodies.

 

 

 


 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article